Monuments

Les Terrasses de Merzal Allouache

Mais peut-être n’est-il pas trop tard : il faut tenter de vivre ! C’est ce projet fou de cinéma que Merzak Allouache tente infatigablement : un geste où il partage à la fois sa détresse et sa tendresse pour son pays. Car en dépit de la noirceur de ces portraits d’une société qui tourne en rond, à la merci des intérêts et des intrigueurs, Allouache module son regard acéré. Il place dans une femme qui tente de communiquer avec l’enfermée, dans une enfant qui voudrait libérer le prisonnier, dans de jeunes musiciens qui en appellent à la tolérance ou tout simplement dans l’ironie et l’humour, le recul et l’ouverture à l’avenir que résume la chanson de mariage au final : “laisse la nuit s’occuper de tes soucis / on ne sait jamais ce que demain nous réserve / la vie n’est qu’un jeu / lève-toi et profite de la vie / ne prend pas la vie trop au sérieux !”.

“Nous voulions changer le pays, c’est le pays qui nous a changé”, lâche le commissaire en regardant la nuit sur la ville. Les Terrasses n’a pas de dénouement car le nœud n’est pas près de se dénouer, mais le film participe d’un regard sur soi sans concession où l’enjeu n’est pas la dénonciation mais l’énergie de vivre à retrouver malgré le désillusionnement qu’impose le temps qui passe. D’un constat amer dans sa lucidité, Merzak Allouache fait sans tambours ni trompettes un appel à retrousser ses manches

peacemonument

Historiography and what statues or monuments come to represent. What keeps coming back to me, lines from Elizabeth Bishop’s The Monument, a poem I can’t find online.

Now can you see the monument? It is of wood
built somewhat like a box. No. Built
like several boxes in descending sizes
one above the other.
Each is turned half-way round so that
its corners point toward the sides
of the one below and the angles alternate.
Then on the topmost cube is set
a sort of fleur-de-lys of weathered wood,
long petals of board, pierced with odd holes,
four-sided, stiff, ecclesiastical.
From it four thin, warped poles spring out,
(slanted like fishing-poles or flag-poles)
and from them jig-saw work hangs down,
four lines of vaguely whittled ornament
over the edges of the boxes
to the ground.
The monument is one-third set against
a sea; two-thirds against a sky.
The view is geared
(that is, the view’s perspective)
so low there is no “far away,”
and we are far away within the view.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s